Publié : 19 janvier 2016

Lycée Clément ADER - BERNAY

PFMP en saison à la montagne – En Savoie !

Par Franck LECLERC et Guy LEGER

Les bonnes tables ont fleuri dans de nombreuses stations de sports d’hiver ces dix dernières années et plusieurs d’entre elles sont même distinguées par les guides gastronomiques.


Depuis la rentrée scolaire les élèves ont œuvré avec leurs enseignants Guy Leger et Franck Leclerc à la recherche de stage. Ils ont prospecté auprès d’hôtels-restaurants et des maisons des saisonniers de hautes montagnes. Celui de Val-Thorens en particulier qui a trouvé notre démarche très intéressante et qui a fait le tour des restaurants de la station. Cette démarche que nous avons entreprise avec les élèves, appels téléphoniques, mail, courrier… a été très éducative : comprendre les enjeux de la formation et des attentes des professionnels, savoir se vendre, se responsabiliser, se débrouiller seul… Pour la majorité des élèves, c’est la première fois qu’ils avaient pris le train et découvert la montagne ! Grâce à l’accord des parents, qui ont joué le jeu, depuis le 23 novembre et pour quatre semaines, les élèves 1ère Bac Pro Restauration ont rejoint les montagnes enneigées à Val Thorens chez Monsieur Jean Sulpice, plus haut chef deux étoiles de France. Certains ont choisi la brasserie « la Maison blanche » et « le steak Club ». D’autres ont rejoint le restaurant « la télécabine » à Chamonix. Pourquoi une période de formation en saison en montagne ? Nous constatons que les PFMP à cette période dans notre région ne sont pas propices à leur apprentissage, les restaurants étant dans une période où l’activité est en berne. L’objectif de ce type de stage est de les préparer au monde professionnel, cette expérience leur a permis de développer leur autonomie et enrichir leur connaissance. Durant cette période de stage, les élèves ont eu l’occasion d’être associés à leur travail et d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Celles-ci leur seront fort précieuses pour la réalisation de leurs projets à venir. Ainsi, le temps, l’attention, l’intérêt que les maîtres de stage ont bien voulu leur témoigner n’ont pas été perdus. Ils ont envie de persévérer dans ce métier pour lequel ils leur ont donné le plus grand respect. Ils possèdent désormais une expérience du terrain qui leur donne des pistes pour s’améliorer. Conclusion et bilan de leur immersion dans la profession Cette période de stage, a été le moyen pour les élèves de se rendre compte des compétences acquises, de savoir s’ils étaient capable de mettre en pratique sur le terrain l’enseignement qui leur avait été dispensé. Egalement s’ils étaient en mesure de s’insérer dans une équipe. Durant leur travail au sein des équipes, ils ont occupé différents postes, pour certains et certaines en autonomie. Cette plongée dans le monde réel de l’entreprise dans les cuisines ou les salles de restaurant avec ses contingences et ses impératifs d’exploitation, leur a permis de se faire une idée plus précise du métier de cuisinier (e) et/ou de serveur(se), de ses avantages et inconvénients. Cette période de formation en milieu saisonnier les a confortés dans le choix de leur formation et le désir de poursuivre dans cette voie. Pour certains élèves, ils ont également eu des propositions des restaurateurs de rester pour continuer la saison ou de les contacter dès qu’ils auront leur examen !

Voir en ligne : Les tables du chef étoilé Jean SULPICE

Post-scriptum

Témoignage des élèves, des enseignants… :
M.Leger et M.Leclerc (Enseignants Lycée clément Ader)
« Cette démarche d’envoyer les élèves en PFMP en Savoie a été fortement réfléchie. La logistique n’a pas été simple. Monter le projet, valider sa faisabilité…. Organiser les différents transports : RER, SNCF, taxis…ainsi que l’accueil des élèves dans les établissements. Sans compter qu’il fallait rassurer les parents des élèves sachant que la majorité n’avait jamais pris le train. Le décloisonnement pouvant être pour certain très difficile à vivre. Cette expérience leur a permis de parfaire leur apprentissage et de se familiariser à la contrainte de l’éloignement. De plus… quoi de plus gratifiant que de voir des élèves s’épanouir et de savoir qu’ils ont enrichi leurs compétences et savoirs !? Nous remercions également les maîtres de stage d’avoir été complémentaires à la formation dispensée. Maintenant, iIs sont prêts pour partir en Angleterre avec le programme Erasmus+. »
Mike en salle et Louise en cuisine (La télécabine) message du 13/12/15.
« Aujourd’hui nous sommes très heureux d’avoir passé un merveilleux stage à la montagne, nous avons beaucoup appris et nous espérons que cette expérience continue !! Malgré ça il est temps de rentrer en Normandie et nous pensons que nous allons être déçus de rentrer !
Alors nous vous envoyons quelques photos en attendant la rentrée !!!
Merci mille fois pour ce stage !!! »
Alexandre et Maxime (La maison blanche)
Que du bonheur ! Nous avons appris beaucoup de chose et nous souhaitons y retourner travailler après notre examen !
Inès, Julia et Matilde (Jean Supplice)
L’adaptation fut difficile, nous avons eu des coups de « blues ». Nous nous sommes soutenues entre copines. Un établissement exigeant par sa réputation. Au final, un souvenir inoubliable et une belle empreinte dans notre C.V.
Christophe et Léa (steak club)
Génial, nous avons appréciés de travailler dans ce cadre idyllique. Nous avons travaillé en grande majorité en autonomie. Nous avons aimé ! Nous avons mis en application sur le terrain l’enseignement qui nous a été dispensé.
Sébastien Frimont, proviseur du lycée
Organiser des stages éloignés de l’établissement est une source de complications, bien sûr, à la fois au niveau de la gestion, du suivi et de la responsabilité. Néanmoins, le gain professionnel et pédagogique, l’expérience acquise par les élèves au travers d’un exercice d’autonomie et de découverte culturelle sans égal vaut bien ces efforts, et permettent de préparer les acteurs du lycée à la mise en place de partenariats toujours plus ambitieux pour l’accueil des élèves.
Dany Thomas, chef de travaux du lycée
La mobilité est indispensable pour les élèves dans la société actuelle, ils doivent l’acquérir pour leur futur professionnel.
Les périodes de formation en entreprise sont un des moyens pour développer ce principe. Pour évoluer dans ces métiers de la Restauration, ils n’auront pas le choix, il leur faudra bouger…
Bravo aux élèves qui ont su faire ce choix de partir loin de chez eux et d’avoir si bien représenté le lycée Clément ADER en ayant eu un comportement constructif et apprécié par les professionnels.